08 avril 2020

La condition humaine

IMG_20200408_125911

Résumé :
Outre l'irréductible échéance liée à la mort, outre les multiples et indicibles souffrances, n'est-il pas donné à tous de choisir son destin ? Certes la vie est tragique mais elle doit avoir un sens. Un sens, peut-être des sens, mais seuls quelques-uns aux vertus salvatrices s'offrent aux hommes pour les affranchir de leur condition. La Révolution, au nom d'une foi en la fraternité, est une arme tournée contre la misère, celle qui enchaîne l'homme parce qu'elle le prive de sa dignité. Vaincre l'humiliation en leur nom propre ou pour les autres par le biais de la Révolution, voici le combat que se sont choisis les héros de La Condition humaine. Pour échapper à l'angoisse de "n'être qu'un homme", l'amour est un autre de ces moyens, mais seul l'amour véritable et fusionnel qu'éprouvent Kyo et May l'un pour l'autre est susceptible de briser la profonde solitude des êtres. Misérable humanité, humanité héroïque et grandiose, c'est "la condition humaine"... Elle résonnera à jamais comme un écho au fond de soi, tant il est vrai que ce roman est "d'une intelligence admirable et, malgré cela, profondément enfoncé dans la vie, engagé, et pantelant d'une angoisse parfois insoutenable", comme l'avait écrit Gide. 

Posté par Tante_Soize à 13:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


La glace noire

IMG_20200408_125727

Résumé :
Le sergent Cal Moore est retrouvé mort dans un hôtel de Los Angeles. Officiellement il s'agit d'un suicide. Mais l'inspecteur Bosch comprend vite que Moore était lié à un trafic de black ice, une drogue nouvelle qui fait des ravages en Californie. Plus troublant encore, il découvre dans la voiture de Moore un mot à son attention : ce dialogue d'outre-tombe suffira-t-il à enrayer l'hécatombe ?

La veille de Noël, l'inspecteur Moore est trouvé sans vie dans un motel de Los Angeles. Arrivé sur les lieux, son collègue Harry Bosch se fait virer par ses patrons : c'est un suicide, point final. Furieux, Bosch enquête en douce et comprend que Moore était lié à un trafic de black ice, une drogue nouvelle qui fait des ravages en Californie. Plus troublant, dans la voiture de Moore il découvre un mot qui lui est clairement destiné. Entre les deux hommes, un étrange dialogue se noue, d'outre-tombe au début, jusqu'au jour où on décèle une mouche dans le corps d'un travailleur mexicain jeté à la décharge publique...

Posté par Tante_Soize à 13:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

03 avril 2020

Contre bonne fortune

IMG_20200402_165941

Résumé :
Rothschild. Un nom qui évoque la puissance industrielle, le pouvoir fmancier par-delà les frontières, le faste, mais aussi les épreuves.
Car tout n'est pas forcément rose, quand on s'appelle Rothschild. Juifs pour la droite, capitalistes pour la gauche, "même si on les trouve sympathiques, ils demeurent des pestiférés" qui font, contre bonne fortune, bon coeur!
Derrière le mythe, c'est la vie d'un homme,
Guy de Rothschild, avec une famille, des collaborateurs, la guerre et ses humiliations, la charge de la célèbre banque de la rue Laffitte, (amitié avec Georges Pompidou.
"Vus de près, les Rothschild, comme les agents de police, sont de braves gens. Ils n'affichent aucune morgue et remplissent sagement leurs obligations."

Posté par Tante_Soize à 12:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

Pour une vie réussie

IMG_20200402_165815

Résumé :

En se fondant sur la sagesse traditionnelle des maîtres spirituels qu'il a rencontrés, Arnaud Desjardin aborde les aspects de la relation entre un homme et une femme. Pour faire de cette relation une fête permanente, il faut savoir garder son coeur d'enfant joint à la pleine maturité d'un adulte capable de comprendre, d'agir, mais surtout de donner et de recevoir. Il nous invite à explorer notre vie amoureuse et à retrouver la simplicité pour atteindre l'accomplissement.

Posté par Tante_Soize à 12:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

La comédie du pouvoir

IMG_20200402_165801

Résumé :
4° de couverture :
(Edition source : Fayard - 11/2002)


- “On ne peut pas le dire” : dans ces six mots qu’un ministre entend prononcer couramment tient un drame : le drame français
- Le ministre va, comme revêtu d’une pellicule invisible mais à chaque instant sensible qui la porte, tunique du mystère, tunique du pouvoir, costume de scène,
- Comment on ne peut pas s'adresser aux Français, il semble que chacun le sache. Comment on peut s'adresser à eux, la question reste entière.
- Longtemps, j'ai cherché à comprendre sans y parvenir ce qui rend les ministres si heureux de l'être, quoi qu'ils prétendent. Maintenant, je crois le savoir.
- Ah ! que Valéry Giscard d'Estaing aurait donc aimé être le duc d'Aiguillon, la nuit du 4 août !
- Rien n'est impossible, sinon de faire coopérer des ministères.
- Fragile, Giscard ? Fragile comme l'élastique, on va s'en apercevoir.
- S'il est vrai qu'il n'y a pas de grande personne, Jacques Chirac le laisse plus que tout autre paraître.
- La politique familiale est une expression qui consiste à faire croire qu'on peut prendre de l'argent aux uns sans le prendre aux autres, le tout enrobé de confiture par quoi maris adultères et pères démissionnaires soulagent leur conscience en exaltant le rôle sacré des mères de famille.
- Si les femmes abordent le Pouvoir avec la circonspection des gourmandes qui ont peur de grossir en face d'une crème au chocolat, c'est parce qu'il ajoute à la séduction des hommes alors qu'il retranche à celle des femmes.
- Tout grand chef politique doit avoir l'instinct du tueur.
- De Valéry Giscard d'Estaing, on fera Charles VII. En vérité, ce serait plutôt Louis XI.
- Je n'ai jamais su exactement pour qui Jacques Chirac me prend. En tout cas, pour une autre.
- Marcher dans la rue, seule, entrer dans un magasin, parler à la vendeuse, frapper à une porte, interroger, s'informer... "Vous n'y pensez pas, Madame le ministre !"
- Le refus de dramatiser, cette façon qu'a le président de la République de détendre les situations comme on détend les cordes d'un violon le conduit à jouer dans le vide.
-On ne supprime jamais rien, en France, sauf les lignes de chemin de fer au moment où l'on cherche à diminuer la circulation individuelle.
- Antagonismes sur le fond, sur la forme, sur les méthodes de travail... La gestion d'une crémerie n'y eût pas résisté.
- Patience, obstination, secret : c'est la technique Giscard.
- L'État doit servir. On ne doit ni s'en servir, ni s'y asservir.

Posté par Tante_Soize à 12:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


La révolution régionaliste

IMG_20200402_165748

Résumé :
Le régionalisme change de contenu. Longtemps habité de nostalgies, voici qu'il se met à regarder l'avenir et s'affirme progressive et même révolutionnaire. S'il est vrai, comme beaucoup aujourd'hui le pensent, que le malaise économique des régions de France est à envisager comme une situation de type colonial, la décolonisation du territoire métropolitain est un processus d'histoire que le terme banal de décentralisation ne peut réouvrir.
Dépassant l'autonomie des nationalismes provinciaux et du nationalisme français, celle du fédéralisme et du jacobinisme, Robert Lafont propose ici des analyses et des solutions qui définissent un destin français renouvelé et une morale de la citoyenneté.

Posté par Tante_Soize à 12:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

L'imprécateur

IMG_20200402_165735

Résumé :
Rosserys & Mitchell est la plus grande entreprise que le monde ait jamais connue. Elle étend sa puissance sur tous les Etats de la planète. Pourtant, de mystérieux événements qui surviennent dans se filliale française créent d'abord la perturbation puis la panique dans l'seprit des dirigeants, des principaux cadres et du personnels. 
Si, comme l'annonce Réné-Victor Pilhes, les sociétés multinationnales ne se contentent pas de la domination économique, mais favorisent surtout le mépris, l'orgueil froid chez leurs collaborateurs, alors les démocraties périront étouffées non pas par des troupes armées, mais par ceux qui auront voulu "faire du monde une seule et immense entreprise."

Posté par Tante_Soize à 12:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

Félicité de la Croix Rousse

IMG_20200402_165709

Résumé :
Tout commence par ces lettres anonymes qui dénoncent l'infamie d'un certain Désiré Lanvallay, au demeurant honnête commis des Contributions et vieux garçon quinquagénaire estimé, ainsi que le découvre sans peine l'inspecteur Méjean.
C'est pourtant lui qui vient tomber dans le piège tendu pour découvrir le «corbeau.» Il se défend d'avoir écrit les lettres lui-même, laisse entendre qu'il en devine l'auteur et... fausse compagnie à l'inspecteur.
Parce qu'il a menti et veut échapper aux conséquences ? Ou pour aller s'expliquer avec le «corbeau» ?
Le fait qu'il est retrouvé étranglé dans un jardin public confirme la seconde hypothèse sans pour autant faire avancer l'enquête.
Le hasard glisse toutefois entre les doigts du policier un fil conducteur qui le mène droit chez les Sancourt : cinq vieilles filles vivant avec leur vieux garçon de frère.
Et Lanvallay était fiancé avec la dernière, Fanny. C'est Félicité Sancourt, l'aînée, qui daigne en informer l'inspecteur - non sans réticences - mais c'est Fulvie qui pleure, pas Fanny.
Un détail que l'inspecteur jugera un peu tard à sa juste valeur quand les renseignements glanés dans son cher quartier de la Croix-Rousse le mettront enfin sur la bonne piste…

Source : Le Livre de Poche

Posté par Tante_Soize à 12:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

L'amour foudre

IMG_20200402_165829

Résumé :
Titre original : Out on a limb

L'amour foudre, l'amour fou. Shirley MacLaine, actrice célèbre, apparemment comblée par la vie, l'a connu. Mais elle a aussi connu le vide de l'absence, marié à une homme politique en vue, Gerry ne peut lui offrir qu'un bonheur clandestin, quelques heures volées au devoir, arrachées aux autres...
Où trouver la force de continuer, d'aimer sans amertume? Lasse de tant d'obstacles, Shirley doute. Est-ce pour conjurer le sort qu'elle cherche, dans un passé lointain, un indice, un message? Et s'ils s'étaient aimés dans une autre vie? Dans l'âpreté sauvage des Andes, elle vit alors une expérience aussi fabuleuse qu'insolite.
Récit d'une vie tumultueuse, portrait d'une âme qui se cherche, ce livre se lit comme un roman. Et puis se garde au fond du cœur, comme une leçon d'amour et de sagesse, une histoire vécue que l'on aimerait revivre…

Posté par Tante_Soize à 12:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

Coplan dans le brouillard

IMG_20200402_165909

Résumé :
— C'est un curieux endroit, dit Coplan. Je n'ai rencontré personne. Pouvez-vous m'aider à trouver mon chemin ?
— Bien sûr, affirma l'homme. Est-ce la première fois que vous venez à Port Charlotte?
- Eh, oui... Il a l'air drôlement tranquille, ce patelin.
Que cherchez-vous, dans notre communauté ?
— Je cherche le Block 1352, à Westchester Boulevard. II semble que les gens se couchent tôt, ici..,
— La grande majorité des habitants sont des retraités. Ou bien des hommes d'affaires qui ont " laissé tomber » parce - qu'ils en avaient marre de mener une existence idiote. Vous, que faites-vous dans la vie ?
— Moi ? fit Coplan. Je fais comme tout le monde : j'essaie d'attraper un infarctus.
— Vous l'aurez, assura gravement son Interlocuteur.

Posté par Tante_Soize à 12:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :