01 août 2019

Contrepoint

196_5567

Résumé :
"Quoiqu'il fut étendu, le répertoire de Molly, comme celui d'autres discoureurs plus célèbres, était limité.
Bonne ménagere, elle savait utiliser en hachis les restes de la conversation du dîner de la veille pour suffire au déjeuner du jour. Les perfidies de l'intelligentsia britannique des années vingt n'ont pas échappé à l'œil aiguisé d'Aldous Huxley. La société qu'il peint au couteau ne se contente pas d'avoir de la brillance. Elle a le talent d'être cynique. Ses paroles sont acérées comme les ongles de ces dames et ses usages secrètement codés. Huxley possède l'art de composer une mélodie enjouant sur les dissonances.
Maître en contrepoint, il réussit là un chef-d'œuvre d'ironie, clin d'œil de la passion à la raison.

Posté par Tante_Soize à 21:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


Capitaines courageux

196_5552

Résumé :
Harvay Cheyne est un jeune héritier arrogant qui tombe à la mer alors qu'il effectue une croisière en compagnie de ses riches parents. Les marins-pêcheurs du Sommes-ici lui sauvent la vie et le ramènent à bord de leur navire.. Harvey doit se rendre à l'évidence : sa richesse ne lui sera d'aucune aide pour convaincre le capitaine de le ramener à ses parents. Le seul moyen pour lui de les retrouver est d'accepter le travail que lui propose le capitaine, Disko Troop. Avec l'aide de Dan, le fils de Disko, Harvey va peu à peu mériter sa place dans l'univers rude des capitaines courageux...

Posté par Tante_Soize à 21:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

Spirou hs

196_5545

Posté par Tante_Soize à 21:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

Les femmes savantes

196_5538

Posté par Tante_Soize à 21:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

Portrait du colonisé

196_5536

Résumé :

« J'ai entrepris cet inventaire de la condition du colonisé d'abord pour me comprendre moi-même et identifier ma place au milieu des autres hommes Ce que j'avais décrit était le lot d'une multitude d'hommes à travers le monde. Je découvrais du même coup, en somme, que tous les colonisés se ressemblaient ; je devais constater par la suite que tous les opprimés se ressemblaient en quelque mesure. » Et Sartre d'écrire « Cet ouvrage sobre et clair se range parmi "les géométries passionnées" : son objectivité calme, c'est de la souffrance et de la colère dépassée. » Cet essai est devenu un classique, dès sa parution en 1957 : il soulignait combien les conduites du colonisateur et du colonisé créent une relation fondamentale qui les conditionne l'un et l'autre. 

Posté par Tante_Soize à 21:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


Moi d'abord !

196_5535

Résumé :
Sophie aime Antoine.
Antoine aime Sophie. Ce pourrait être la fin d'un roman-photo mais c'est le début des bonheurs et des malheurs de Sophie. Sophie, heureuse dans les bras d'Antoine, refuse de n'être que le reflet charmant que lui renvoie la glace.

Elle veut exister, être vraie, être elle-même. C'est difficile, quand on a appris à vivre selon des recettes de bonheur. Comment, quand on est Sophie, accepter ses contradictions?

Où trouver la clé du bonheur ? Tout ce que vous vouliez savoir sur la tendresse ravageuse des jeunes filles d'aujourd'hui, et que vous n'osiez pas demander!

Posté par Tante_Soize à 21:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

L'aiguille creuse

196_5534

Résumé :
Au même moment, le brigadier de gendarmerie s’approchait de M. Filleul et lui remettait un morceau de papier froissé, déchiqueté, jauni, qu’il venait de ramasser non loin de l’endroit où l’on avait découvert l’écharpe. M. Filleul l’examina, puis le tendit à Isodore Beautrelet en disant : «Voilà qui ne nous aidera pas beaucoup dans nos recherches.» Isodore tourna et retourna le morceau de papier, couvert de chiffres, de points et de lignes.
Le chef d’œuvre d’Arsène Lupin.

Posté par Tante_Soize à 21:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

La chanson de Roland

196_5533

Posté par Tante_Soize à 21:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

Ténèbre

196_5530

Résumé :
L'inspecteur Jacques Novembre est fatigué. Fatigué de vivre, fatigué de souffrir. Il ne se remet pas de la mort de son fils, ni du coma dans lequel végète sa femme Virginie depuis son accident, il y a dix-huit mois. Et quand les médecins lui annoncent qu'elle souffre également d'une tumeur au cerveau, il estime que ça suffit et part en guerre. Contre les médecins, contre les inconnus qui ont déposé le cadavre d'un Maghrébin sur une voie de chemin de fer, contre tout ce que la vie compte de pourri et d'injuste, sans savoir que toute cette pourriture a une origine commune. Sa croisade l'amènera jusqu'aux portes d'une secte particulièrement diabolique.Dans ce livre haletant et profondément humain, Oppel brosse le portrait d'un homme dont le destin personnel se trouve pris dans les rouages d'une machination machiavélique. Il s'ingénie à jouer autant avec son héros qu'avec le lecteur en faisant miroiter d'éventuels échappatoires. Mais comme dans son précédent romanSix-Pack, le monde d'Oppel reste résolument noir.--Lisa B.

Posté par Tante_Soize à 21:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

Apologie de Socrate

196_5527

Résumé :
Dans l’Apologie de Socrate (Πλάτωνος Ἀπολογία Σωκράτους, sous-titrée Genre éthique) Platon rapporte les plaidoyers de Socrate lors de son procès en 399 avant J.-C. à Athènes qui déboucha sur sa condamnation à mort. Cette défense se déroule en trois parties, ayant toutes un lien direct avec la mort. Socrate se défend devant les juges, mais aussi devant toute la cité d’Athènes (composant le Tribunal de la Cité). Il répond aux trois chefs d'accusation déposés contre lui : corruption de la jeunesse, non-reconnaissance de l'existence des dieux traditionnels athéniens, et introduction de nouvelles divinités dans la cité. Il y eut 30 jours d'intervalle entre la condamnation de Socrate et sa mort, pendant lesquels il resta enchaîné dans sa prison. Ses amis lui rendaient visite et s'entretenaient avec lui quotidiennement.

Posté par Tante_Soize à 21:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :